untitled

L’Eglise et la Franc-maçonnerie

Michel Jarrige

 24,00

Collection : Auteur : Pages: 304 ISBN: 9782865532209

Description du produit

L’antimaçonnisme a pris naissance pratiquement en même temps que la franc- maçonnerie moderne elle-même, en 1717. Dés 1738, le pape Clément XII condamnait la nouvelle société, et la plupart de ses successeurs firent de même jusqu’au XXe siècle. À la fin du XVIIIe siècle, l’abbé Barruel élabore la thèse du complot maçonnique qui menace la cohésion de la France en sapant l’Eglise, l’Etat et la société. Les antimaçons ne font pas dans la nuance ; ils brossent le tableau d’une terrifiante mécanique occulte où les francs-maçons sont soutenus à l’intérieur par les juifs et les protestants, et sont aidés de l’extérieur par des puissances étrangères hostiles à la patrie française. Avec la recrudescence du conflit entre l’Etat et l’Eglise, qui fait suite à l’Affaire Dreyfus, les organisations antimaçonniques se développent puis, après la Révolution bolchevique et la publication des Protocoles des Sages de Sion, le thème du complot maçonnique se métamorphose en théorie du complot judéo-maçonnique mondial. Les francs-maçons sont alors considérés comme étant au service de la conspiration juive qui vise à installer la domination universelle d’Israël. Ce passé révolu a laissé des traces. L’antimaçonnisme est toujours vivace, et les mêmes accusations reviennent de nos jours en termes qui rappellent singulièrement un passé à peine enfoui dans la mémoire collective : soupçons, complot… Parution 10 octobre 2010

Information complémentaire

Poids 0.4 kg
Dimensions 24 x 15.5 x 2.5 cm

Extrait

Introduction

D’après le Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse, un complot est un projet, plus ou moins répréhensible, d’une action menée en commun et secrètement. Le concept de complot n’apparaît pas d’emblée dans l’argumentaire antimaçonnique. I. L’élaboration de la thématique du complot maçonnique (1717-1884) Les origines de l’antimaçonnisme apparaissent à la fois anciennes et plurielles. La raison invoquée au XVIIIe siècle était déjà le grief classique : si ces hommes ne font pas le mal, pourquoi s’assemblent-ils donc en secret ? Des libelles cultivant la rhétorique du soupçon alternent avec des livres qui prétendent divulguer les secrets de l’Ordre. En 1735, les Etats-Généraux de Hollande prohibent les réunions maçonniques. En 1736, le Conseil de Genève fait de même, suivi en 1738 par la magistrature de Hambourg et le roi de Suède. La lettre apostolique In eminenti du pape Clément XII (1730-1740) en 1738 et la constitution Providas du pape Benoît XIV (1740-1758) en 1751 interdisent aux fidèles tout rapport avec les loges maçonniques sous peine d’excommunication encourue ipso facto pour suspicion d’hérésie, suspicion motivée principalement par le secret et le relativisme religieux des maçons. Les loges disparurent d’Espagne, du Portugal et d’Italie. La Révolution française va fournir aux antimaçons de nouvelles armes. L’ampleur et la soudaineté d’un phénomène aussi extraordinaire ne pouvait s’expliquer que par l’existence d’un complot organisé contre l’Eglise, la monarchie et l’ordre social. Ce thème du complot est développé dès 1790 par l’abbé Henri Jabineau (1724-1790). Dans son livre La vraie conspiration dévoilée, l’homme d’Eglise fait porter aux Philosophes la responsabilité du cataclysme qui s’est abattu sur la France. L’année suivante, l’abbé François Lefranc se chargeait d’établir le lien entre la Révolution et les francs-maçons. Dans Le Voile levé pour les curieux, ou le Secret de la Révolution de France révélé, à l’aide de la Franc-Maçonnerie (1791), complété par Conjuration contre la religion catholique et les souverains (1792), l’abbé François Lefranc (1739-1792) impute à la franc-maçonnerie la responsabilité pleine et entière de la préparation et du déclenchement de la Révolution. L’abbé Augustin Barruel (1741-1820) amalgame en une matrice cohérente les accusations de ses deux prédécesseurs dans Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme (1797-1798). Après avoir analysé la conjuration des Philosophes contre le christianisme, la conspiration des francs-maçons des arrière-loges et les machinations des Illuminés contre l’Eglise et la monarchie, l’auteur expose la conjonction des disciples des uns et des autres dans la Révolution française. Dans la constitution Ecclesiam a Iesu Christo de 1821, Pie VII réitère les condamnation de Clément XII et Benoît XIV contre la franc-maçonnerie au motif cette fois que les sociétés secrètes complotent contre l’Eglise et contre l’Etat. Après lui, Léon XII (1823-1829), Pie VIII (1829-1830), Grégoire XVI (1831-1846), Pie IX (1846-1878) et Léon XIII (1878-1903) fulminent tour à tour contre la franc-maçonnerie, le point d’orgue étant l’encyclique Humanum genus en 1884 avec son fameux mot d’ordre : « En premier lieu, arrachez à la franc-maçonnerie le masque dont elle se couvre et faites la voir telle qu’elle est ». Toutes ces condamnations sont au final synthétisées en 1917 dans l’article 2335 du Code de Droit canonique, qui interdit aux fidèles d’adhérer à la franc-maçonnerie en raison de son activité conspiratrice. En 1874 paraît Les Sociétés secrètes et la Société ou philosophie de l’histoire contemporaine. Son auteur, le père Nicolas Deschamps (1797-1873) articule de façon décisive le thème du complot : la franc-maçonnerie a ourdi un complot destiné à détruire l’autorité monarchique et ecclésiastique, lequel a abouti à la révolution de 1789, et depuis lors, elle orchestre la révolution mondiale au profit de ses chefs inconnus. Au total, l’antimaçonnisme est donc catholique. L’antimaçonnerie qui se crée à partir de 1884 pour dénoncer le complot maçonnique à l’opinion publique l’est aussi. II. L’antimaçonnerie française : un leader, une revue, un groupement (1884-1914) Tourmentin, La Franc-Maçonnerie démasquée et l’Association Antimaçonnique de France Fondé en 1884, le bimensuel La Franc-Maçonnerie démasquée, au titre inspiré par l’injonction de Léon XIII, est dirigé entre 1905 et 1924 par l’abbé Henry Joseph dit Tourmentin (1850-1931). Ce magazine, organe de l’Association Antimaçonnique de France, se spécialise dans la divulgation de documents maçonniques de première main. Clarin de la Rive, La France chrétienne et le Conseil Antimaçonnique de France Vivant Clarin, dit Abel Clarin de la Rive (1855-1914) est directeur depuis 1897 de l’hebdomadaire La France chrétienne, organe du Conseil Antimaçonnique de France. Clarin de la Rive est un antimaçon atypique qui éprouve un attrait particulier pour l’ésotérisme. Il entretient des relations suivies par revues interposées avec Charles-Mathieu Limousin (1840-1909), le directeur de la revue maçonnique L’Acacia. Il ne cache pas ses sentiments d’admiration à l’endroit de Papus, dont il n’hésite pas à recommander les ouvrages. Ses plus beaux hommages vont à Oswald Wirth (1860-1943), qui le lui rend bien puisque ce dernier cite l’antimaçon dans son livre Le Symbolisme hermétique. Bien plus, il prend comme secrétaire de rédaction de son hebdomadaire le jeune René Guénon (1886-1951), alors membre actif de la Grande Loge de France. Copin-Albancelli, La Bastille et la Ligue de Défense Nationale contre la Franc-Maçonnerie et les Sociétés Secrètes Le libre-penseur et ancien franc-maçon Paul Copin dit Copin-Albancelli (1851-1939) est le directeur de l’hebdomadaire La Bastille et le président de la Ligue de Défense Nationale contre la Franc-Maçonnerie et les Sociétés Secrètes. Flavien Brenier, La Revue antimaçonnique et la Ligue Française Antimaçonnique Flavien Brenier (né en 1881) fonde La Revue antimaçonnique en 1910. Ce mensuel est l’organe officiel de la Ligue Française Antimaçonnique. A la veille de la Guerre de 1914-1918, ce groupement est sans conteste la plus puissante et la mieux structurée des organisations antimaçonniques. Avec Brenier, la Ligue Française Antimaçonnique prend des allures de société secrète et présente toutes les caractéristiques d’une contre-maçonnerie. Le chanoine Jouin, la Revue internationale des sociétés secrètes et la Ligue Franc-Catholique L’abbé Ernest Jouin (1844-1932), curé de Saint-Augustin, à Paris, fonde la Revue internationale des sociétés secrètes en 1912. Ce bimensuel est l’organe de la Ligue Franc-Catholique contre les Sociétés Secrètes Maçonniques ou Occultistes et leurs Filiales. III. La dénonciation du complot anti-judéomaçonnique (1920-1944) Dans l’entre-deux guerres, l’œuvre de Mgr Jouin est la seule qui continue son existence. Toutefois, la Revue internationale des sociétés secrètes se spécialise dans la propagande antijudéo-maçonnique. En conséquence, la Ligue Franc-Catholique se transforme en Ligue Anti-Judéomaçonnique. Les deux termes de l’adjectif sont soudés par Mgr Jouin pour signifier que la vision d’une alliance de circonstance entre francs-maçons et juifs est remplacée par le concept d’un dessein politique rigoureux, pour la réalisation duquel les juifs exercent leur emprise sur la franc-maçonnerie. La Révolution bolchevique et la publication des Protocoles des Sages de Sion sont les événements fondateurs de cette nouvelle axiomatique. Le lien est ainsi fait entre des formes de pensée antimaçonniques et antisémites selon le modèle du XIXe siècle et l’antijudéo-maçonnisme propre au XXe siècle. La dernière livraison de la Revue internationale des sociétés secrètes paraît en août 1939. Si la Seconde Guerre mondiale met le point final à l’antimaçonnerie catholique, lui succède une antimaçonnerie d’Etat, et la croisade antimaçonnique, commencée par la plume sous la IIIe République, se poursuit par la coercition sous l’Occupation. A peine installé, le gouvernement de Vichy n’a rien de plus pressé, en effet, que d’exaucer le vœu le plus cher des antimaçons en supprimant la franc-maçonnerie. Les francs-catholiques sont d’ailleurs fort bien représentés dans les hautes sphères du nouvel Etat Français avec Vallat, Colmet-Daâge, Faÿ et Coston. Xavier Vallat (1891-1972) est placé à la tête du commissariat général aux questions juives, où il prend comme conseiller juridique l’avocat Félix Colmet-Daâge. Son nom reste attaché au statut des juifs du 2 juin 1941. La loi du 13 août 1940 qui dissout les « sociétés secrètes » est complétée par toute une série de mesures contre la franc-maçonnerie. A ce titre, Bernard Faÿ (1893-1978) devient le chef du Service des Sociétés Secrètes et prend possession du siège du Grand Orient de France, tandis que son adjoint Henry Coston (1910-2001) installe son service antimaçonnique dans les locaux de la Grande Loge de France. Conclusion Après la Libération, cette politique antimaçonnique a laissé des traces. On constate de nos jours la persistance d’une maçonnophobie ambiante dans l’opinion publique et dans l’Eglise. Le nouveau Code de Droit canonique de 1983, en son article 1374 qui condamne les sociétés conspiratrices, ne cite plus la franc-maçonnerie. Toutefois, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi fait la même année une mise au point. Il en ressort que si l’accusation de complot est abandonnée, l’Eglise maintient son jugement négatif à l’égard de la franc-maçonnerie. Au final, il s’agirait de maintenir dans la pratique une exclusion qui n’existe plus en droit.