Publié le

Dénoncer l’art contemporain : pourquoi ?

interview de Nicolle Esterolle Le Comptoir : Afin d’éviter tout malentendu, commençons par un éclairage. Vous avez exprimé votre intérêt pour de nombreux artistes présents, dont les noms sont cités çà et là dans votre livre et vos chroniques. Quand vous parlez d’art contemporain, de quoi parlez-vous au juste ? Nicole Esterolle : Il y a des centaines d’artistes d’aujourd’hui – donc contemporains – que je connais, dont j’aime le travail et que je défends sous ma vraie identité. Il m’est arrivé en effet d’en citer quelques-uns dans mes chroniques de Nicole. Ces artistes-là sont ceux de l’intériorité sensible, de la mise en forme, du savoir-peindre et/ou dessiner, du plaisir de l’inattendu, du mystère : tous les ingrédients qui constituent pour moi la vraie substance artistique. Et puis il y a l’aberration historique des dits “contemporains”, c’est-à-dire ceux qui se sont attribués abusivement ce qualificatif ; ceux pour qui  « les attitudes sont bêtement devenues formes »[i] ; ceux de la posture, de l’extériorité spectaculaire ; ceux de la subversion et du non-sens convenus et subventionnés…

Lire la suite

Publié le

la Biennale d’art contemporain de Lyon : une honte internationale contre-productive à tous égards

Par Nicole Esterolle Avec son titre d’une ronflante niaiserie et d’une terrassante insignifiance , « Ce fabuleux monde moderne », cette Biennale 2015, reste donc fidèle à sa vocation d’attrape-gogos et de Fukushima culturel dans la stupidité, l’ineptie et l’obscénité spectaculaires…une fidélité qui ne présage rien de bon quant au respect de l’environnement et à la survie de l’humanité. Les joaillers de la place Vendome regrettent aujourd’hui amèrement d’avoir laissé s’installer le gigantesque plug anal de Mc Carthy devant chez eux, car ce fut un fiasco et une dégonflade médiatique totale : une opération on ne peut plus contre – productive en termes de communication et on ne peut plus ravageuse pour leur image. Et l’on voit simultanément , que la plupart des grandes entreprises, quand il s’agit de valoriser leur image, ont maintenant, comme les joaillers, tendance à douter de l’efficacité de l’art contemporain comme vecteur de communication. Et pourtant cet art – là avait tout pour leur plaire… Art de la communication par excellence à cause de sa spectacularité, de sa sur-visibilité,…

Lire la suite

Publié le

Proche-Orient : Quand Poutine joue aux Echecs et messieurs Hollande et Obama à la belott

Par Charles Gave 5 octobre, 2015 Il y a 18 mois environ, lors de l’un de mes passages chez Nicolas Doze, interrogé sur ce qui se passait en Ukraine, j’avais fait remarquer que l’on ne pouvait rien comprendre à ce qui se passait là-bas si l’on n’intégrait pas l’Ukraine dans un schéma plus large qui englobait tout le Moyen Orient. Pour moi, à l’époque, les Russes se servaient de l’Ukraine pour mieux distraire les Européens et les Américains de leur but principal qui était de changer l’ordre établi au Proche Orient. L’Ukraine dans le fonds n’était qu’un leurre pour exciter BHL ou Attali et tous les incultes de Bruxelles qui n’ont jamais pu voir un panneau sans tomber dedans.Ma thèse était assez simple.Le VRAI but de Poutine était à l’évidence de faire tomber les monarchies Pétrolières du Moyen – Orient, et en particulier les Saoudiens (Sunnites) qui avaient financé la révolte des Tchétchènes en Russie (tous Sunnites), crime impardonnable s’il en fut.  N’oublions jamais qu’un tiers de la population…

Lire la suite

Publié le

Vers l’Etat mondial américain

Par Philippe Fabry Après deux escapades revigorantes dans le domaine de la science-(presque)fiction et du mysticisme prophétique, je reviens à un sujet plus sérieux. Ce sujet, c’est celui de la constitution progressive, sous l’égide des Etats-Unis d’Amérique, d’un Etat mondial, de la même façon, mais à une échelle supérieure, que se sont constitués tous les états modernes. Certes, l’on entend souvent dire que nous nous dirigeons vers un monde multipolaire, que l’hégémonie mondiale américaine n’aurait été qu’une parenthèse, comme avant elle l’hégémonie de l’Empire britannique, à la charnière des XIXe et XXe siècles, laquelle perdit son statut face à la montée de l’Allemagne et des Etats-Unis, puis de la Russie. C’est oublier que la domination américaine instaurée après 1945 est d’une toute autre nature que celle de l’Empire britannique. Ce dernier était un Empire colonial, le domaine impérial d’une nation qui se concevait avant tout comme l’une des nations de l’Europe qui jouaient un jeu de puissances depuis des siècles, et cherchait son propre salut dans la profondeur stratégique d’un empire…

Lire la suite

Publié le

Le président, le Führer et l’Empereur : trois occurrences de l’illusion tellurocratique en Europe

Par Philippe Fabry La comparaison de Poutine avec Hitler, et par-delà de la Russie poutinienne avec l’Allemagne hitlérienne, est, je le sais, difficile à admettre pour certains de mes lecteurs et contemporains, en dépit des nombreux éléments, plusieurs fois ressassés sur ce blog, qui la soutiennent manifestement. Cela est dû, sans doute, à l’image très marquée des particularités du régime nazi et de la personnalité-même d’Hitler, image très concrète et apparences fortes qui donnent l’impression d’un fait historique exceptionnel et empêchent, par conséquent, d’en cerner les fondements relativement communs et donc d’en concevoir la reproduction. Je pense que ce billet permettra de mieux faire passer les conclusions défendues depuis un moment déjà, par la démonstration de ce que la Russie de Poutine est dans une dynamique analogue à celle de ce qui fut la France de Napoléon – lequel, s’il est toujours controversé, n’est pas entaché de l’infâmie qui frappe Hitler ; par ailleurs, je sais que beaucoup d’admirateurs ou sympathisants de Vladimir Poutine sont des gens de…

Lire la suite

Publié le

Histoire du siècle à venir

Par Philippe Fabry Si je vous parle d’un peuple rassemblé par un prophète, qui le désigna comme élu de Dieu, lui enseigna une loi divine et, profitant de l’effondrement d’un ancien empire, le conduisit hors du désert à la conquête de terres fertiles sur lesquelles il imposa sa domination durant des siècles, avant d’être à son tour dominé successivement par différentes puissances étrangères contre lesquelles il développa un si grand complexe et un si fort ressentiment qu’il s’adonna largement au terrorisme, dans un grand choc des civilisations, vous penserez que je parle de l’islam, de ses rapports avec ses anciens colons européens et les nouveaux maîtres américains ? Je parle pourtant des Juifs de l’Antiquité, de leurs rapports avec les Grecs et les Romains. Si je vous raconte l’histoire de vieilles nations souveraines qui, en dépit d’un socle culturel commun, en vinrent à se faire les plus horribles des guerres ; qui, épuisées par les combats et les massacres, cernées par des superpuissances à l’Ouest et à l’Est, décidèrent de…

Lire la suite

Publié le

Ode à un Proche-Orient défunt

Par Charles Gave Chacun ressent une grande tristesse à la vue de ces hordes de populations hébétées et terrifiées se déversant sur une Europe qui a perdu toute mémoire de ce que fut cette partie du monde. Et pourtant, nul ne peut comprendre ce désastre s’il ne comprend pas ce que fût cette région autrefois. Il se trouve que, par un hasard de mon histoire familiale, je suis né à Alep le 14 Septembre 1943, il y a donc très exactement 72 ans, mon père étant l’un des rares officiers Français (12 sur 500) présents en Syrie en 1942, ayant choisi de suivre de Gaulle plutôt que Pétain. Qu’était-encore- le Proche Orient à cette époque. ? Une merveille de diversités, un véritable kaléidoscope de populations et de religions. Tous les grands empires étaient passés par là à un moment ou à un autre et y avaient laissé des résidus. A Alep par exemple, la plus vieille ville du monde, ou plutôt la ville qui est restée ville depuis le plus longtemps…

Lire la suite

Publié le

Les USA sont-ils responsables du chaos dans le monde arabe ?

Par Philippe Fabry J’ai eu, sur les réseaux sociaux, un débat intéressant qui, comme souvent dans ce type de débats, m’a conduit à réfléchir et à clarifier ma pensée sur le sujet. J’écris à présent ce billet pour partager cette réflexion avec les lecteurs de ce blog. La question qui était soulevée était la suivante : les USA sont-ils responsables du chaos dans le monde arabe, après, notamment, leur intervention en Irak en 2003 ? Naturellement, la question se pose : du côté des pro-intervention comme du côté des anti, on voit dans la présence, ou au contraire l’absence, des Américains la raison des troubles dans cette région et, spécifiquement, de la naissance du monstre qu’est l’Etat islamique. Les anti-intervention montre le chaos actuel en Irak, et mettent ceci sur le dos des Américains, qui ont renversé Saddam et liquidé le parti Baas pour tenter de bricoler une démocratie irakienne qui a finalement craqué sous les tensions confessionnelles et sombré dans le chaos, les structures traditionnelles ayant été…

Lire la suite

Publié le

Immigration : une France plus libre serait plus accueillante

Par Philippe Fabry L’an dernier, j’ai publié un livre, qui s’est assez bien vendu, exposant les raisons de l’ascension, puis de l’effondrement et de la chute de l’Empire romain. Cela a été bien sûr, pour moi, l’occasion de parler un peu de ces « Grandes invasions » ou « Grandes migrations » durant lesquelles les barbares ont pénétré sur le territoire romain, et dans lesquelles on a longtemps vu, et l’on continue souvent de voir, les causes de la chute de Rome. Ce que j’ai tenté d’expliquer, à ce propos, est que les invasions barbares n’ont eu leur effet destructeur à Rome que parce que le système impérial était un système socialiste, et que le socialisme et l’immigration ne font jamais bon ménage : une nation socialiste est une nation nécessairement, dès avant l’arrivée des migrants, en état de guerre civile larvée, où chacun essaie de vivre aux dépens de l’autre, où l’envie de vivre ensemble et de coopérer est largement supplantée par la volonté sinon de piller le voisin, du moins…

Lire la suite