Publié le

De la fonction transcendantoire du tabouret dans l’art du contemporain

Par Nicole Esterolle   Le tabouret, comme le parpaing, la brique, le boulet de charbon, le barreau de chaise ou le petit bout de bois dans les oneilles, est un objet récurrent dans la liturgie célébratoire de l’art du contemporain. Le tabouret peut être tripode ou quadripode (jamais unipode,  bipéde ou quintupède). On peut monter dessus, y mettre son auguste postérieur, le placer à l’envers, se le mettre dans l’œil (comme le propose Eric Wurm), l’entasser comme Ai Wei Wei, y fixer une roue de vélo comme Marcel Duchamp, le coller au plafond comme c’est la mode chez les lecteurs des Inrockuptibles assidus du Palais de Tokyo.   Et voici le texte de mon ami écrivain poète marseillais Jean-Pierre Cramoisan au sujet du tabouret dans l’art « du » contemporain. (Le « du » est préconisé par mon autre ami Jean-Philippe Domecq)   Ainsi un tabouret, qu’un geste audacieux renverse ou subverse, devient éloquent, provocateur, chamboulateur, empreint d’une verveuse critique sociétale … J’insiste : pourquoi le tabouret est-il renversé ? Pas par hasard, bien sûr ! Vous ne…

Lire la suite

Publié le

La Révolte des Tolérants

Par Charles Gave 13 février, 2017 J’aime bien les Bataves. Ils constituent tous ensemble un vrai peuple et une vraie Nation. Et leur contribution au développement de l’idée de Liberté en Europe est sans pareille. Revenons quelques siècles en arrière, aux alentours de 1685.  En France Louis XIV vient d’abroger l’Edit de Nantes et des dizaines de milliers de Protestants (200.000 ?) quittent la France, certains pour la Prusse, d’autres pour l’Afrique du Sud mais beaucoup partent en Hollande. Des milliers de soldats et d’officiers des armées de Turenne, le fer de lance des armées françaises, rejoignent la Hollande. Nous y reviendrons. En Angleterre, Jacques II, roi Catholique, essaie de faire revenir Albion au Catholicisme avec l’aide de Louis XIV, ce que la population supporte très mal. Et les Hollandais décident d’intervenir lorsque Jacques II a un fils avec sa deuxième femme (Catholique). Ses deux premiers enfants, des filles, ne pouvaient donc plus accéder au trône et l’idée d’une alliance entre la Grande-Bretagne et la France terrifiait les Hollandais, à…

Lire la suite

Publié le

Trump, le Logos et les révolutionnaires français

Par Charles Gave 6 février, 2017 Pour les Grecs anciens, le ‘’Logos’’ constituait l’essence même de la Raison qui au travers de la connaissance d’une langue permettait la discussion et la démonstration lors d’un débat de type éthique, politique ou scientifique.  Tout citoyen, tout homme d’état devait avoir une maîtrise parfaite du Logos, c’est-à-dire des éléments de langage qui permettaient de communiquer avec les autres citoyens lorsque des discussions sur l’avenir de la Cité avaient lieu. Et celui – ou ceux – qui contrôlaient le mieux le Logos contrôlait ipso facto la Cité presque automatiquement.  Et donc, dès les origines de notre civilisation est apparu le concept que contrôler et comprendre le langage amenait à dominer le système politique. Et toute notre civilisation s’est construite sur ce concept qui fut renforcé lorsque les Chrétiens  assimilèrent le Logos à Dieu : « Au commencement était le Verbe (Logos), et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu ». L’idée centrale de notre Civilisation fut donc que le Logos, la Raison et Dieu dans le fond…

Lire la suite

Publié le

L’art contemporain entre à l’Académie des Beaux-Arts: une OPA du ministère

Ceci est une pipe par Nicole Esterolle Artiste et critique d’art. Jean-Marc Bustamante pose devant l’une de ses toiles à Venise, mars 2003. SIPA. 00475631_000003 Les préposés à l’art dit contemporain du ministère de la Culture ont réussi à introduire leur ami et comparse, l’artiste conceptualo-postural Jean-Marc Bustamante, dans cette vénérable institution qu’est l’Académie des Beaux-Arts. Cette opération semble pour le moins étonnante, quand on sait que l’Académie est réputée plutôt « conservatrice », franco-française, et que l’utilisation du mot « beauté » y est encore permis, alors qu’il est interdit et ringardisé dans le champ de l’art dit contemporain et donc dans les couloirs du susdit ministère. Il semble donc que cette intrusion contre-nature ait tout simplement pour but de placer l’Académie sous contrôle de la bien-pensance ministérielle, sous prétexte de l’ouvrir à la contemporanéité et à l’internationalité (ces deux notions étant indissociables). Bustamante, l’artiste d’Etat Mais avant d’envisager les raisons sous-jacentes à cette tentative d’annexion de la vieille citadelle, il convient de préciser le parcours et le profil de celui qui semble jouer  ici le…

Lire la suite

Publié le

Pour avoir un pays bas, votez Hollande

Par Charles Gave 16 janvier, 2017  Les lecteurs de l’Institut des Libertés se souviennent peut être de la mauvaise plaisanterie que m’avait inspiré la campagne de monsieur Hollande il y a cinq ans déjà, et qui figure comme titre à cet article. Rarement un slogan électoral aura été aussi prémonitoire. A mon immense stupéfaction, je viens de me rendre compte que cet homme prodigieux de modestie a encore des partisans puisque qu’il me revient aux oreilles que certains d’entre eux se répandent dans les media et les diners en ville à Paris en soutenant que monsieur Hollande n’a pas de chance puisqu’il s’en va au moment même où l’économie française serait en train de redémarrer. Et tous de souligner que ce redémarrage serait la conséquence des réformes courageuses (?) que notre géant de la politique aurait imposé à une France récalcitrante. Et là, je ne peux m’empêcher de m’interroger. Mais de quelles reformes parlent-ils ? En dehors du mariage pour tous qui s’est terminé par un divorce entre les socialistes et…

Lire la suite

Publié le

La roche Tarpéienne est proche du Capitole

Par Charles Gave 9 janvier, 2017  Il y a huit ans le monde entier célébrait le retour du Messie sur terre. « Un enfant nous est né, un fils nous est donné » psalmodiait toute la presse à l’unisson des anges dans le ciel. Un certain Barak Obama venait en effet d’être élu à la Présidence des Etats-Unis et la terre allait connaitre une période de paix et de prospérité sans précédent dans l’histoire. Reconnaissant la qualité exceptionnelle de cette créature quasiment divine, la fondation Nobel lui attribuait immédiatement le prix Nobel de la Paix, avant même que l’élu (au sens biblique du terme cette fois) ait fait quoique ce soit. Huit ans après, notre héros, notre nouveau Salomon, quitte la Présidence des Etats-Unis dans un mélange d’indifférence (aux USA) et de soulagement de la part de la plupart des alliés historiques des Etats-Unis. La question que je veux traiter est donc simple : pourquoi ce curieux mélange d’indifférence et de soulagement après huit ans d’un règne que la grande presse n’a cessé…

Lire la suite

Publié le

La fin d’une année épique

Par Charles Gave 19 décembre, 2016 Nous arrivons à la fin de 2016 et quelque chose de remarquable s’est passé pendant ces 12 derniers mois:  l’espèce de théocratie de gauche qui s’était abattue sur le monde depuis la chute du mur de Berlin et qui en était arrivée à contrôler pouvoirs politiques, éducationnels, media, administrations publiques et que sais je encore a souffert en cette année bénie une série de défaites qui annonce, à mon avis, sa déconfiture totale à terme. Je m’explique. L’un des grands projets de cette classe technocratique et religieuse était d’avancer lentement mais surement vers un gouvernement « mondial», seul capable d’après eux de gérer les problèmes de la planète. Curieusement, madame Thatcher, dont la lucidité fut rarement mise en défaut, indique dans ses mémoires que les partisans d’un gouvernement mondial étaient de loin les plus dangereux pour la Démocratie tant ils avaient comme objectif de monter un système de gouvernement où la sélection de ceux qui arriveraient au pouvoir se ferait par la cooptation…

Lire la suite

Publié le

Le crépuscule des démagogues

par Charles Gave Qu’est-ce que la démagogie? Pour parler de ce sujet qui semble être à la mode je vais retenir la définition qu’en donne Wikipedia : « La démagogie (du grec demos « le peuple » et ago : « conduire ») est une notion politique désignant  les façons par lesquelles  lequel les dirigeants mènent le peuple en le manipulant pour s’attirer ses faveurs, notamment en utilisant un discours flatteur ou appelant aux passions. Le discours du démagogue sort du champ du rationnel pour s’adresser aux pulsions, aux frustrations du peuple, à ses craintes. En outre il recourt à la satisfaction immédiate des attentes ou des souhaits les plus flagrants du public ciblé, sans recherche de l’intérêt général mais dans le but de s’attirer personnellement la sympathie, et de gagner des soutiens. L’argumentation démagogique doit être simple, voire simpliste, afin de pouvoir être comprise et reprise par le public auquel elle est adressée. Elle fait fréquemment appel à la facilité voire à la paresse intellectuelle en proposant des analyses et des solutions qui semblent évidentes, sans une dose (nécessaire, et suffisante) d’imagination.» La…

Lire la suite

Publié le

Poutine prépare tranquillement l’invasion des Pays Baltes.

par Philippe Fabry 1er décembre 2016. Quelques informations sont tombées ces derniers jour que nous avons relayées dans notre page La guerre de Poutine, et qui, mises en relation avec des informations un peu plus anciennes, tendent à montrer que les projets d’annexion de Poutine en Europe de l’Est avancent à grands pas. Ainsi avions-nous noté il y a quelques mois que Poutine avait recréé la 1ere armée blindée de la Garde en 2015 ; force à vocation offensive dissoute en 1998, sa nouvelle mouture doit compter entre 500 et 600 chars d’assaut, 600 à 800 transports de troupes blindés, 300 à 400 pièces d’artillerie et 35 000 à 50 000 hommes. Il est également apparu ces jours derniers que la Russie avait décidé de remettre en service 3000 tanks T-80. Les experts militaires occidentaux essaient de se rassurer en expliquant que cela serait le signe des difficultés du Kremlin, obligé de remettre de vieux tanks en service plutôt que de tout miser sur le coûteux Armata, le nouveau char de troisème…

Lire la suite

Publié le

Remarques de Charles Gave sur le second tour des primaires

Par Charles Gave 21 novembre, 2016 Certains disent que monsieur Juppé serait plus « libéral » que monsieur Fillon. Prétendre nimber l’un ou l’autre des deux candidats sous le halo du libéralisme, c’est se foutre du monde ! D’abord parce que celui qui le fait se croit à l’évidence capable de décerner des brevets de libéralisme.  Or quand on voit l’état dans lequel est notre pays, on se demande ce qui donne le droit a quiconque de se réclamer comme Liberal tant tous les libéraux en France ont lamentablement échoué en politique depuis au moins trente ans. Ensuite parce que le pays n’a pas besoin d’un « libéral » mais d’un homme qui aurait les trois qualités suivantes : Est ce un homme d’honneur ? Est ce un homme compétent? Est ce un homme qui apprend par ses erreurs? A ces trois questions, je dois répondre par un non sans nuances en ce qui concerne monsieur Juppé.         Homme d’honneur: En aucun cas. Il a un casier judiciaire. Imaginez l’effet sur la magistrature ou la gendarmerie, ou…

Lire la suite